But it's hard - En 20 lignes

Lorsqu’on entreprend seul en France et notamment lorsqu’on est encore salarié, demandeur d’emploi ou retraité, le choix du statut juridique d’auto-entrepreneur est le plus évident pour démarrer – tant que vous ne dépassez pas les seuils de chiffre d’affaires hors taxe qui rendent applicables le régime micro-social simplifié applicable.

Les formalités, assez simples et gratuites, sont à effectuer en ligne sur le portail officiel, auprès des URSSAF et vous dispensent, sauf exceptions, d’une immatriculation à d’autres registres (RCS, Registre des Métiers...).

En effet, même si vous en exercez déjà une à titre indépendant, la déclaration d’activité s’effectue en remplissant un formulaire en ligne et en joignant une version numérique d’un justificatif d’identité. Cette formalité est gratuite.

Vous trouverez ici quelques informations si vous ne parvenez pas à définir votre catégorie professionnelle. S’agissant de la protection sociale, consultez ce billet.

Au niveau fiscal, vous n’êtes pas obligé d’opter pour le versement libératoire de l’impôt sur le revenu (en particulier si vous n’y êtes pas soumis). Notez que vous pouvez également bénéficier du statut d’EIRL afin de protéger votre patrimoine personnel et si vous le souhaitez, d’opter pour l’impôt sur les sociétés (toutes les informations ici)

Un ajout à suggérer? Commentez!         S’inscrire à la newsletter Google