Lignes récentes

Growth hacking gif - Démarrer en 20 lignes

Les bases du growth hacking en tant qu’approche et état d’esprit consistent à s’interroger sur chaque étape du processus de conversion. « Commencer », c’est donc identifier les points faibles de votre site web en termes d’acquisition, puis d’activation et enfin de rétention:

  1. Qu’est-ce qui fait venir les internautes sur le site et qu’est-ce qui pourrait en faire venir davantage? Prenez le temps de bien analyser les sources de trafic sur votre site (grâce à Google Analytics et Analytics SEO, par exemple) pour dégager les centres d’intérêt et parcours de vos visiteurs et améliorer votre site et votre stratégie de référencement en conséquence (vous retrouverez ici une méthode de ciblage intéressante, la méthode SPA: Market Size, Pay for Value, Accessibility)
  2. A quoi et comment les visiteurs du site pourraient-ils s’inscrire pour faire en sorte qu’ils reviennent sur le site (création de profil, newsletter, etc.)? Le lien cliquable appelant à l’action (« call to action ») est-il suffisamment visible? La page d’accueil et les différentes landing pages (autres pages du site) sont-elles suffisamment simples à comprendre par vos clients potentiels et représentatives de l’activité de l’entreprise, de sa promesse ou proposition de valeur?
  3. Pourquoi certains visiteurs inscrits sont inactifs sur le site (n’achètent pas ou ne complètent pas leur profil pourtant créé, par exemple)? Quels sont leurs freins? Comment les amener à devenir actifs? Répondre à cette question vous amènera probablement à remettre en cause la lisibilité des informations et la clarté (voire la pertinence) de la présentation de vos produits et services.

Un ajout à suggérer? Commentez!       

S’inscrire à la newsletter                        Poser une question
Google

Comment manager une petite équipe gif Prada

Une des clés de la réussite (ou de l’échec) de votre entreprise est l’implication et la motivation de chaque membre de l’équipe, quel que soit son statut. Très concrètement, l’art de mener une belle équipe repose sur:

  • L’exemplarité, la transparence et l’équité: sachez admettre vos erreurs et gérer vos priorités tout comme justifier vos décisions, bonnes ou mauvaises, dès lors qu’elles ont une influence sur les missions que vous confiez à certains membres de votre équipe. Les décisions qui leur sembleraient arbitraires seront en effet peu ou mal respectées et/ou exécutées. Sachez donner du sens. Par ailleurs, dans la répartition de la charge de travail, les retours adressés à chacun ou encore les récompenses (rémunérations, avantages…), essayez de demeurer le plus équitable possible.
  • La communication, l’empathie et la flexibilité: prenez le temps d’échanger avec votre équipe (sur les objectifs, le déroulement de l’exécution de chaque mission, les résultats atteints ou non, etc.), notamment pour anticiper et gérer les conflits internes et favoriser la prise d’initiative, voire la prise de risques mesurés. Toute félicitation ou critique constructive sera toujours bénéfique, l’indifférence étant toujours la pire approche. Faites enfin preuve d’empathie et mettez-vous à la place de vos collaborateurs en admettant que chacun ne fonctionne pas comme vous (ni ne répond aux mêmes motivations): vous adapter à leur personnalité vous permettra de les faire travailler plus efficacement et de manière complémentaire au lieu de les décourager en allant contre leur nature.
  • Le soutien systématique dans les relations avec les tiers: en toutes circonstances, même en cas d’erreur importante, soutenez votre équipe face aux clients et partenaires. Cela vous évitera de véhiculer une image négative vis-à-vis de ces tiers, sans pour autant remettre en cause votre faculté de « laver votre linge sale » en interne.

Un ajout à suggérer? Commentez!       

S’inscrire à la newsletter                        Poser une question
Google

Minions gif politique commerciale En 20 Lignes

L’élaboration d’une stratégie ou politique commerciale (ou encore « marketing-mix ») consiste à décider et planifier de manière cohérente un certain nombre d’actions en répondant aux questions suivantes:

  • Produit / Service et Clientèle: Qui sont mes clients? Quels sont mes produits/services, notamment sous les angles de leurs caractéristiques (supériorité technologique, qualitative ou spécialisation / niche), leur maturité et de leur obsolescence (lesquels modifier, développer, supprimer, mettre en avant ou encore créer, et quelle quantités prévoir)?
  • Prix: A quel prix vendre mes produits et services? Sont-ils cohérents avec mes clients, ma politique de distribution et ma politique de marque (notamment au regard de mes concurrents?)
  • Distribution et Vente: Quels canaux de distribution retenir, avec ou sans sélection des points de vente, sous quelles conditions pour ces derniers (pourcentage affecté à chaque canal sur le prix, exclusivités, etc.)? Quels effectifs, formes, statuts et rémunérations pour l’équipe commerciale, y compris l’encadrement et le suivi des objectifs de vente?
  • Communication, Marque: Quels budgets et moyens sont affectés à la promotion des produits et services, par qui et quand? Ma marque est-elle cohérente avec les valeurs et activités de mon entreprise (ou faut-il en créer une nouvelle, ou améliorer sa notoriété)?

Le suivi des différentes actions arrêtées devra impérativement être effectué au regard des priorités et objectifs préalablement fixés (quels leviers de croissance? voir à cet égard quels indicateurs utiliser ici) et en suivant un calendrier à court, moyen et long terme.

Un ajout à suggérer? Commentez!       

S’inscrire à la newsletter                        Poser une question
Google

Mind blown gif: comment créer une infographie

Une image vaut souvent mieux qu’un long discours: dans cette perspective, l’infographie, représentation visuelle et graphique d’informations et de données sur un sujet donné, est l’un des contenus qui peut vous permettre de communiquer plus efficacement.

L’essentiel est donc le contenu: celui d’une infographie doit être concis, clair et mentionner ses sources pour offrir une vision attractive et simple d’informations ou données complexes. Ainsi

  1. Choisissez avant tout le sujet de votre infographie, en lien avec votre activité (l’idée est de vous positionner comme « expert »), et complétez vos connaissances par quelques recherches en vue d’obtenir des données chiffrées récentes ou informations additionnelles pertinentes
  2. Rédigez le contenu de votre future infographie, sans vous préoccuper dans un premier temps de leur représentation graphique
  3. Si vous ne souhaitez/pouvez pas faire appel à un graphiste, utilisez un outil de créations d’infographies en ligne, gratuit ou non, tel qu’Info.gram, Easel.y, Visual.ly, Piktochart ou Gliffy. Dans la mesure du possible,
    1. Respectez votre charte graphique (vos couleurs, vos typographies, en bref votre identité visuelle) afin de permettre aux futurs lecteurs de votre infographie d’identifier facilement sa source
    2. N’oubliez pas d’y insérer votre logo et votre nom.

Et comme une image vaut mieux qu’un long discours…

Infographie Comment créer une infographie final en 20 lignes

Un ajout à suggérer? Commentez!       

S’inscrire à la newsletter                        Poser une question

Obama Fallon gif content marketing

Au coeur de l’inbound marketing, le content marketing (ou marketing de contenu, plus précisément « marketing par contenus« ) permet de rappeler que vos clients « ne se soucient pas de vous et de vos produits et services, ils sont intéressés par eux-mêmes* ». Il s’agit donc de leur proposer des contenus adaptés, informatifs ou divertissants, ce qui nécessite:

1/ Une vision globale, à actualiser régulièrement, permettant de

  • Bien connaître vos clients, ce qu’ils cherchent et ce qui les satisfait
  • Connaître les pratiques en ligne de vos concurrents: les contenus qu’ils produisent, les mots-clés qu’ils utilisent, le ton qu’ils adoptent… et vous en différencier
  • Vous repérer dans les contenus que vous avez d’ores et déjà produits, notamment les pages de votre site (utilisez un calendrier de publication et d’actualisation)

2/ Une organisation claire, au sein de votre entreprise, en vue de définir

  • L’objectif défini pour chaque contenu produit: renforcer le référencement naturel du site de l’entreprise? améliorer le taux de conversion (augmenter les ventes? les inscriptions?)? autre?
  • Qui produit les contenus, à quelle fréquence, sur quels supports, avec quelles actions pour les promouvoir et quel budget?
  • Qui examine que les objectifs de la stratégie de contenu ont été atteints? Avec quels indicateurs? A quelle fréquence?

3/ La production de contenus uniques, de qualité et cohérents avec les valeurs de votre entreprise, en prenant garde de

* Joe Pullizi, « Epic Content Marketing« 

Un ajout à suggérer? Commentez!       

S’inscrire à la newsletter                        Poser une question
Google