Contacter des business angels gif et 20 lignes

Les business angels sont un type d’investisseurs privés susceptible de financer votre entreprise en échange d’une partie de votre capital social (entre 10% et 50%). Passionnés d’entrepreneuriat, ces individus, organisés ou non en réseau, investissent en priorité dans des entreprises innovantes dont ils pressentent un bon potentiel de croissance… mais pas seulement. Le « coup de coeur » pour la personnalité du porteur de projet est déterminant (bien plus que s’agissant d’autres types d’investisseurs).

Si le soutien est avant tout financier (généralement entre 100 000 et 300 000 euros), l’implication des business angels est souvent plus importante : réseau, conseils, parfois soutien opérationnel, etc. Ainsi, plus que pour un fonds d’investissement par exemple, considérez avant tout votre futur business angel  comme un associé – ce qu’il sera en intégrant le capital de votre société.

Pour savoir comment contacter des investisseurs potentiels, consultez ce billet (retrouvez les principaux réseaux de business angels en France et IDF ici). Présentez-lui ensuite votre entreprise et votre activité de manière claire, en particulier votre modèle économique, vos premières réalisations concrètes et vos prévisions financières (à cet égard, retenez qu’un business angel se rémunérera en réalisant une plus-value lors de la vente de sa part du capital, non par des dividendes). A l’oral, retenez les conseils de Cédric Labeau pour présenter votre entreprise de manière pertinente en 5 étapes.

Un business angel cherche avant tout des projets valant la peine d’y consacrer du temps et de l’argent: mettez-vous à sa place, soyez transparent et convaincant.

Un ajout à suggérer? Commentez!       

S’inscrire à la newsletter                        Poser une question
Google

First competition underwear competition

Avec ou sans idée, si vous êtes prêt à entreprendre, la reprise est l’une des options à examiner, à côté de la franchise. Dans tous les cas, vous devez examiner vos objectifs, compétences, éventuelle équipe nécessaire… En outre, la reprise a certes l’avantage de concerner une entreprise existante, que vous n’aurez donc pas à créer (personnel formé, CA existant…), mais les coûts peuvent être élevés, en particulier compte tenu de l’accompagnement nécessaire – toutefois, l’obtention d’un financement bancaire est plus aisée qu’en création.  Ce que vous devez savoir:

Bonus: la checklist de BPI France concernant la reprise, à faire / ne pas faire

Un ajout à suggérer? Commentez!       

S’inscrire à la newsletter                        Poser une question  Google

Your job money ideas gif

La qualification d’entreprise innovante peut avoir de nombreux effets:

Schématiquement, le caractère innovant d’une entreprise s’apprécie

  • en fonction du niveau de dépenses de recherche et développement (au moins 15% des charges au cours de l’exercice précédent)
  • ET/OU au regard d’autres critères spécifiques à chaque organisme (par exemple, une JEI doit en plus des 15% en R&D être une PME, avoir moins de 8 ans d’existence, être indépendante et ne pas avoir été créée suite à une restructuration ou concentration, tandis que le CII n’exige pas de minimum de dépenses en R&D): ainsi, une entreprise pourra être jugée suffisamment innovante pour prétendre à certaines aides ou se présenter à certains concours ou incubateurs, sans pour autant être qualifiée de JEI ou accéder au CII ou au CIR. Examinez donc bien les conditions exigées (et avantages à obtenir) au cas par cas.

Notez qu’avec le plan NOVA, qui simplifie et accélère le processus auprès de BPI France, la définition de l’innovation est élargie à l’innovation non technologique (processus, design, modèle, expérience utilisateur…). Il est d’ailleurs plus facile d’améliorer ou repenser des usages existants mal adressés (en les adressant correctement) que de développer de nouveaux usages.

Bonus (en anglais): les 8 piliers de l’innovation par Google Think Insights

Un ajout à suggérer? Commentez!       

S’inscrire à la newsletter                        Poser une question Google

Gif i can't work this dawn thing

En 2 lignes: Quelle était ton entreprise? Son statut juridique? Quand avais-tu lancé?

Une agence de conseil & communication avec une forte spécialisation sur le web. Je me suis lancé en Juin 2008 en SARL. J’ai arrêté cette activité fin janvier 2013.

En 2 lignes: Que vendais-tu?

Nous proposions principalement du web (développement de sites internet et référencement naturel) mais nous avons également travaillé sur du print et de la création d’identité visuelle.

En 2 lignes: Comment avais-tu financé la création et le développement de ton entreprise?

Tout en autofinancement, via le chiffre d’affaires que nous générions. Pas de crédit. Jamais.

 En 2 lignes: Que faisais-tu avant de lancer ton entreprise?

J’étais étudiant en 2ème année d’école de commerce quand j’ai créé mon entreprise. J’ai obtenu mon diplôme fin 2009.

 En 2 lignes: Quelle est la chose la plus importante que tu aies apprise?

La chose la plus importante que j’ai apprise… qu’on ne rigole pas : que ce n’est pas parce que l’on travaille pour l’Etat (impôts, taxes, charges, etc.) que nous toucherons une retraite de fonctionnaire. Non.

En 2 lignes: Quelle est la plus grande erreur que tu aies faite?

Ne pas avoir été salarié avant ma création d’entreprise. En arrêtant mon activité, je n’ai eu le droit à aucune aide financière. Zéro revenu, pas le droit au chômage. Je le savais, j’étais au courant, mais…

En une ligne: Ta question du moment, celle à laquelle tu souhaiterais une réponse en 20 lignes?

Trouvez-vous normal de n’avoir le droit qu’au RSA (revenu inférieur à un loyer d’appartement) quand les montants versées aux différents organismes de l’Etat contiennent 6 chiffres au total ?

Conseils de lecture En 20 Lignes: Suis-je prêt à créer mon entreprise? , Comment financer la création de mon entreprise? , Apprendre et rebondir après l’échec et la catégorie Je gère ma boîte

Un ajout à suggérer? Commentez!       

S’inscrire à la newsletter                        Poser une question Google

Please stop liquidation judiciaire En 20 Lignes gif

Plus de doute possible quant au « quand arrêter » : tout redressement semble impossible, il est temps de mettre fin à votre activité. Selon le cas, l’entreprise:

  • peut payer toutes ses dettes et procéder à une liquidation à l’amiable (dissolution puis liquidation à la clôture des comptes de liquidation)
  • ne peut plus payer ses créanciers: la liquidation judiciaire va permettre de vendre ses biens pour permettre le remboursement des dettes. La procédure est même simplifiée en-dessous de certains seuils.

Concrètement, dans un délai maximal de 45 jours suivant la date de cessation des paiements, la demande d’ouverture de procédure de liquidation judiciaire est effectuée auprès du greffe du tribunal de commerce compétent (par exception, du TGI) soit par un créancier, soit par le débiteur (quel que soit le statut juridique de l’entreprise: c’est le « dépôt de bilan »), soit par le tribunal ou le procureur. Dès le jugement d’ouverture de la procédure et sauf exception, il est mis fin à l’activité et les créanciers sont invités à déclarer leurs créances. Si un patrimoine existe, le débiteur perd la maîtrise de la gestion, au profit d’un liquidateur seul habilité à vendre ou céder les biens de l’entreprise, voire l’entreprise elle-même, et à licencier les salariés (dont les salaires seront couverts).

La durée de la procédure varie en fonction des opérations de liquidation: la clôture n’est prononcée par le tribunal que lorsque l’insuffisance d’actifs ne permet pas de les continuer, ou exceptionnellement lorsque toutes les dettes ont pu être remboursées (« extinction du passif »). Le représentant légal peut être condamné à une interdiction de diriger mais ne peut plus être poursuivi par les créanciers sauf, notamment, en cas de condamnation pénale (faillite personnelle, délit de banqueroute, etc.).

Un ajout à suggérer? Commentez!       

S’inscrire à la newsletter                        Poser une question Google