Comment manager une petite équipe gif Prada

Une des clés de la réussite (ou de l’échec) de votre entreprise est l’implication et la motivation de chaque membre de l’équipe, quel que soit son statut. Très concrètement, l’art de mener une belle équipe repose sur:

  • L’exemplarité, la transparence et l’équité: sachez admettre vos erreurs et gérer vos priorités tout comme justifier vos décisions, bonnes ou mauvaises, dès lors qu’elles ont une influence sur les missions que vous confiez à certains membres de votre équipe. Les décisions qui leur sembleraient arbitraires seront en effet peu ou mal respectées et/ou exécutées. Sachez donner du sens. Par ailleurs, dans la répartition de la charge de travail, les retours adressés à chacun ou encore les récompenses (rémunérations, avantages…), essayez de demeurer le plus équitable possible.
  • La communication, l’empathie et la flexibilité: prenez le temps d’échanger avec votre équipe (sur les objectifs, le déroulement de l’exécution de chaque mission, les résultats atteints ou non, etc.), notamment pour anticiper et gérer les conflits internes et favoriser la prise d’initiative, voire la prise de risques mesurés. Toute félicitation ou critique constructive sera toujours bénéfique, l’indifférence étant toujours la pire approche. Faites enfin preuve d’empathie et mettez-vous à la place de vos collaborateurs en admettant que chacun ne fonctionne pas comme vous (ni ne répond aux mêmes motivations): vous adapter à leur personnalité vous permettra de les faire travailler plus efficacement et de manière complémentaire au lieu de les décourager en allant contre leur nature.
  • Le soutien systématique dans les relations avec les tiers: en toutes circonstances, même en cas d’erreur importante, soutenez votre équipe face aux clients et partenaires. Cela vous évitera de véhiculer une image négative vis-à-vis de ces tiers, sans pour autant remettre en cause votre faculté de « laver votre linge sale » en interne.

Un ajout à suggérer? Commentez!       

S’inscrire à la newsletter                        Poser une question
Google

Is there some reason that my coffee isn't here? stagiaire en 20 lignes gif

La précision et la clarté de votre annonce de stage sont les premiers éléments susceptibles d’attirer de bons profils. Souvenez-vous en la rédigeant que les stages en milieu professionnel impliquent quelques obligations pour l’employeur, notamment celles de ne pas remplacer un salarié (existant ou non) et surtout de s’intégrer dans un cursus pédagogique. Contacter avant tout les écoles, IUT et universités de votre région correspondant à la spécialité recherchée (stagiaire marketing, stagiaire commercial, stagiaire webdesign…) est ainsi la meilleure stratégie pour trouver un stagiaire.

Tous profils confondus, vous pouvez diffuser gratuitement une offre de stage sur L’Etudiant.fr, Profilculture, Stages en ligneiQuesta (2 premières annonces gratuites), Indeed (gratuit pour les annonces non sponsorisées), Remixjobs (pour développeurs et web, coût limité) ou Monkey Tie. Les annonces figurant déjà sur ces sites pour des profils similaires à celui que vous recherchez vous aideront d’ailleurs à bien formuler votre offre.

Ne sous-estimez pas votre réseau, et n’hésitez pas à diffuser votre offre sur les réseaux sociaux, généralistes comme Facebook et Twitter ou professionnels comme Linkedin et surtout Wizbii.

Concernant les stagiaires étrangers en France, vous trouverez ici des informations sur vos obligations. Certains programmes facilitent la mise en relation internationale, comme Global Internships ou Enternships (payants). Encore une fois, contactez aussi les établissements et universités proches proposant des programmes d’échange.

En dépouillant les candidatures reçues et en faisant passer les entretiens, mettez en place quelques critères susceptibles de vous éviter les « erreurs de casting », par exemple un système de points pondéré en fonction de ce qui vous semble plus ou moins important. Vous gagnerez d’autant plus de temps que votre annonce aura été rédigée avec soin.

Bonus: parce qu’il vaut mieux en rire, le tumblr « Urgent cherche stagiaire »

 Un ajout à suggérer? Commentez!       

S’inscrire à la newsletter                        Poser une question Google

Now get to work b*** quand embaucher En 20 Lignes

Avant la question du moment opportun d’une embauche se pose celle du type de compétences manquant à une équipe au regard des priorités du développement de votre entreprise: comme pour des associés, demandez-vous

  1. qui vous êtes (en tant qu’entreprise: quelles sont ses valeurs? où en est-elle dans son développement?);
  2. ce dont vous avez besoin (que/qui manque-t-il pour réussir, concrètement pour atteindre certains objectifs? à partir de quand?), ce qui vous permettra aussi d’être précis dans votre offre, efficace dans votre recrutement et ultérieurement clair dans vos instructions;
  3. et surtout pour combien de temps.

Répondre à ces questions vous permettra en effet d’ajuster votre calendrier pour déterminer le bon moment pour une embauche éventuelle au regard de vos prévisions financières, en examinant:

* Le cas échéant, attention aux formalités à l’embauche

Un ajout à suggérer? Commentez!         S’inscrire à la newsletter Google

Minions samba En 20 lignes

Trouver un associé quand on a une idée qu’on estime susceptible de devenir une entreprise et qu’on a besoin d’agrandir son équipe est une chose; l’autre côté de la barrière est celui de l’aspirant entrepreneur, se sentant prêt à entreprendre, n’ayant pas nécessairement d’idée ou en ayant écarté une, se demandant s’il ne serait pas plus simple de rejoindre une équipe déjà constituée pour un autre projet.

Les exigences sont en réalité exactement les mêmes que pour les fondateurs de l’entreprise en cause: prendre en compte ses atouts et ses limites,être prêt à s’investir pleinement et à accepter ses erreurs, être clair sur ses intentions et ses objectifs au regard des autres associés comme vis-à-vis de soi-même.

Rejoindre une équipe d’associés déjà constituée présente toutefois logiquement une difficulté supplémentaire, celle de s’intégrer à une organisation existante (l’absence d’organisation n’en étant pas moins une).

Quelle que soit la manière dont vous « candidatez » à l’association (réseaux sociaux, Ideas Voice, WizbiiAssociates NetworkPartnproShare2grow…) imposez-vous le plus rapidement possible comme membre de l’équipe à part entière. L’engagement que vous allez prendre est important, ne vous laissez pas opposer la confidentialité de quelque document que ce soit et proposez le cas échéant de signer une clause de confidentialité. En particulier, vous devez être informé des chiffrés clés, des rôles réels de chaque membre de l’équipe… posez toutes les questions qui vous semblent pertinentes et n’attendez pas de vous être engagé, ne serait-ce que moralement et notamment au détriment d’une autre candidature, pour découvrir les cadavres dans les tiroirs. Au contraire, vous rassurerez certainement vos futurs associés à vous montrer intéressé et d’ores et déjà concerné et impliqué!

La partie strictement juridique est en réalité relativement secondaire. D’une part, en tant qu’associés, vous devez vous faire confiance, et vous ne saurez qu’au bout de quelques semaines si vous êtes aptes ou non à travailler ensemble, ce qui est de loin l’essentiel pour parvenir à faire aboutir un projet. D’autre part, dès lors que vous êtes devenu indispensable, comme l’est souvent chaque bon membre d’une équipe dans une start-up, une cession de parts ou d’actions équilibrée verra très rapidement le jour. Fixez ainsi un premier délai de « test de compatibilité », au terme duquel chacun se sentira suffisamment en confiance pour vous faire entrer au capital.

Vous trouverez mon retour d’expérience par ici ou ici (et merci à l’un de mes nouveaux associés pour le gif ;))

Un lien mort? Un ajout à suggérer? Commentez!     S’inscrire à la newsletter  Google

You just made partner

Comme une bonne idée d’entreprise (celle qui correspond notamment à vos compétences et celles de vos associés), un bon associé ne se trouve pas, il se cherche. On peut créer une entreprise sans idée, comme créer sans associé.

Avant de vous demander si votre associé est le bon, prenez donc la problématique dans le sens inverse en vous interrogeant sur vos besoins: pourquoi vous associer, en particulier au regard de votre formation, de vos expériences, de votre disponibilité et plus largement de vos ressources?

Encore une fois, souvenez-vous qu’avoir une idée d’entreprise ne fait de personne un entrepreneur, encore moins un associé. Seule l’exécution compte, et c’est elle que vous devrez prendre en compte dans la répartition du capital si vous cherchez un associé opérationnel; de la même manière, examinez bien vos autres options de financement avant de rechercher  un associé investisseur.

Les règles d’or: l’associé est un complément du fondateur, maintenant et dans le futur, ce qui nécessite

  • de bien prendre en compte le facteur humain et les motivations, par la définition progressive de vos valeurs et plus globalement d’une vision commune;
  • de se mettre au travail! – en se fixant des objectifs individuels, SMART (spécifiques, mesurables, atteignables, réalistes et cadrés dans le temps: on ne le dira jamais assez, seule les actions comptent) et en communiquant autant que possible entre vous;
  • enfin, de prévoir les différentes options (juridiques ou non) en cas de mésentente, afin que cette dernière ne signifie pas la mort de l’entreprise  – selon les sources, il s’agit en effet de la première ou de la deuxième cause d’échec des entreprises.

Un lien mort? Un ajout à suggérer? Commentez!          S’inscrire à la newsletter