Contacter des business angels gif et 20 lignes

Les business angels sont un type d’investisseurs privés susceptible de financer votre entreprise en échange d’une partie de votre capital social (entre 10% et 50%). Passionnés d’entrepreneuriat, ces individus, organisés ou non en réseau, investissent en priorité dans des entreprises innovantes dont ils pressentent un bon potentiel de croissance… mais pas seulement. Le « coup de coeur » pour la personnalité du porteur de projet est déterminant (bien plus que s’agissant d’autres types d’investisseurs).

Si le soutien est avant tout financier (généralement entre 100 000 et 300 000 euros), l’implication des business angels est souvent plus importante : réseau, conseils, parfois soutien opérationnel, etc. Ainsi, plus que pour un fonds d’investissement par exemple, considérez avant tout votre futur business angel  comme un associé – ce qu’il sera en intégrant le capital de votre société.

Pour savoir comment contacter des investisseurs potentiels, consultez ce billet (retrouvez les principaux réseaux de business angels en France et IDF ici). Présentez-lui ensuite votre entreprise et votre activité de manière claire, en particulier votre modèle économique, vos premières réalisations concrètes et vos prévisions financières (à cet égard, retenez qu’un business angel se rémunérera en réalisant une plus-value lors de la vente de sa part du capital, non par des dividendes). A l’oral, retenez les conseils de Cédric Labeau pour présenter votre entreprise de manière pertinente en 5 étapes.

Un business angel cherche avant tout des projets valant la peine d’y consacrer du temps et de l’argent: mettez-vous à sa place, soyez transparent et convaincant.

Un ajout à suggérer? Commentez!       

S’inscrire à la newsletter                        Poser une question
Google

Bored guys gif

Avec ou sans business plan formalisé (pour la forme, voir ici), le choix d’un modèle économique, ou business model, est probablement l’étape la plus importante de la construction d’un projet d’entreprise (lean startup ou non): comment celle-ci va-t-elle réaliser des bénéfices?

Une page suffit en effet pour présenter la logique globale d’une création de valeur, avec clarté et pertinence et sans oublier qu’elle est susceptible d’évoluer:

  1. Quels sont les 1 à 3 problèmes principaux que votre produit/service résout?
  2. Qui sont vos clients? (n’hésitez pas à faire une page par segment de clientèle s’ils sont très différents, et/ou par activité si vous en avez plusieurs)
  3. Qu’est-ce qui fait que votre produit/service a de la valeur: en quoi apporte-t-il une solution pertinente au problème que vous avez identifié?
  4. Qu’est-ce qui vous différencie de vos concurrents et vous rend unique (votre proposition de valeur, qui découle du 3.)?
  5. Quelles sont les actions ou indicateurs clés vous permettant d’affirmer que vous attirerez des clients voire les fidéliserez? Qu’allez-vous faire concrètement?
  6. Comment allez-vous atteindre vos clients? Par quels canaux (gratuits et payants)?
  7. Combien les points 1 à 6 vont-ils vous coûter (coûts fixes ET variables: outils, personnel, immobilier, équipement, etc.)?
  8. Quels seront vos revenus, en identifiant votre modèle de revenus: abonnement, freemium, financement par la publicité (notamment via la gamification, l’affiliation, etc.), production de biens et services, distribution (vendre ce qui a été produit), low-cost (distribution avec contrôle des coûts), désintermédiation (suppression d’intermédiaires), commission (ou réintermédiation), assurance, « imprimante » (machine peu chère, marge sur les consommables), location, lead…. Précisez votre marge et surtout  votre seuil de rentabilité.
  9. Quels sont vos avantages concurrentiels, c’est-à-dire ce qu’on ne pourra ni copier ni acheter?
Canevas d'Ash Maurya - source Le blog de Walter

Canevas d’Ash Maurya – source Le blog de Walter

Un ajout à suggérer? Commentez!       

S’inscrire à la newsletter                        Poser une question Google

Your job money ideas gif

La qualification d’entreprise innovante peut avoir de nombreux effets:

Schématiquement, le caractère innovant d’une entreprise s’apprécie

  • en fonction du niveau de dépenses de recherche et développement (au moins 15% des charges au cours de l’exercice précédent)
  • ET/OU au regard d’autres critères spécifiques à chaque organisme (par exemple, une JEI doit en plus des 15% en R&D être une PME, avoir moins de 8 ans d’existence, être indépendante et ne pas avoir été créée suite à une restructuration ou concentration, tandis que le CII n’exige pas de minimum de dépenses en R&D): ainsi, une entreprise pourra être jugée suffisamment innovante pour prétendre à certaines aides ou se présenter à certains concours ou incubateurs, sans pour autant être qualifiée de JEI ou accéder au CII ou au CIR. Examinez donc bien les conditions exigées (et avantages à obtenir) au cas par cas.

Notez qu’avec le plan NOVA, qui simplifie et accélère le processus auprès de BPI France, la définition de l’innovation est élargie à l’innovation non technologique (processus, design, modèle, expérience utilisateur…). Il est d’ailleurs plus facile d’améliorer ou repenser des usages existants mal adressés (en les adressant correctement) que de développer de nouveaux usages.

Bonus (en anglais): les 8 piliers de l’innovation par Google Think Insights

Un ajout à suggérer? Commentez!       

S’inscrire à la newsletter                        Poser une question Google

You do not talk about fight club En 20 lignes gif

L’intérêt d’un pacte d’associés (SARL, etc.) ou pacte d’actionnaires (SA, SAS…) dépend

  1. de votre forme juridique et consécutivement du contenu de vos statuts
  2. du moment où vous élaborez les clauses du pacte
  3. du contenu du pacte lui-même.

Ce pacte fixe certains droits et obligations des associés entre eux. Or il s’agit en principe du rôle des statuts: le pacte les fixe hors statuts, donc de façon confidentielle (hors publication obligatoire (SA) ou volontaire). La SAS permet d’intégrer de nombreuses clauses équivalentes (droit de préemption, sortie conjointe, information privilégiée, inaliénabilité…) en raison de sa souplesse de rédaction, rendant le pacte hors statut a priori superflu. La question se posera ainsi davantage en SARL ou en SA qu’en SAS.

Le pacte est personnalisable et modifiable à volonté (simple avenant, aucune formalité ni coût), contrairement aux statuts. S’il a peu d’intérêt lors de la constitution d’une SAS, certains préféreront toutefois accentuer le détail des obligations des uns vis-à-vis des autres concernant la sortie, la prise de décision et les clauses financières, compte tenu de leurs situations personnelles. L’enjeu est cependant minime à ce stade si vos associés sont « les bons » (n’oubliez pas que l’échec d’une start up et plus largement d’une entreprise ne dépend pas seulement des problèmes d’associés, loin de là).

En revanche, le pacte est souvent exigé ultérieurement par les investisseurs au moment de l’ouverture du capital de votre société, impliquant une modification des statuts de SAS le cas échéant (un acte effectué par un associé respectant le pacte mais pas les statuts peut être annulé, pas l’inverse).

Bonus: vous trouverez quelques exemples et modèles gratuits ici, ici ou au sein de l’AIR Package de The Family ici.

Attention: les modèles signalés ici sont à utiliser avec précaution et ne sauraient remplacer les conseils d’un avocat.

Un ajout à suggérer? Commentez!       

S’inscrire à la newsletter                        Poser une question Google

Allergic to bullshit investisseurs gif En 20 lignes

La levée de fonds est une solution de financement répandue notamment chez les entreprises innovantes. Elle implique une ouverture du capital social, ce qui signifie que le(s) investisseur(s) vont devenir associé(s).

Chercher et trouver un investisseur privé nécessite par conséquent, comme pour trouver un associé, de bien cibler le type d’investisseur recherché (outre les organismes institutionnels comme France Initiative ou Oséobusiness angel ou fonds d’investissement) en fonction du montant que vous recherchez, de votre secteur d’activité, de votre stade de développement, de votre secteur géographique, etc. Ce travail préparatoire de « listage » vous (et leur…) fera gagner beaucoup de temps.

Pour vous aider dans votre recherche, EuroQuity (service de BPI France), Gust et FundMe proposent gratuitement aux porteurs de projet de créer un profil en vue d’être mis en relation avec les investisseurs inscrits sur leurs plateformes respectives; Dynamique-Mag a répertorié pour sa part les principaux réseaux de business angels en France et IDF.

Si la voie royale reste celle du réseau susceptible de vous introduire auprès d’eux, tout n’est pas perdu si vous pensez manquer de contacts, ne serait-ce qu’en vous rendant à l’un des nombreux évènements (portes ouvertes de fonds, « sessions de pitchs », salons…) permettant de rencontrer des investisseurs.

Sur le fond, n’hésitez jamais à contacter directement via Twitter ou par email un associé de fonds d’investissement ou un business angel qui vous semble pertinent. Précisez-lui les raisons pour lesquelles vous pensez qu’il serait intéressé et transmettez-lui votre présentation complète, qui doit être claire, concise, complète, cohérente, attractive et surtout totalement transparente. Aucun potentiel investisseur ne vous mangera.

Les éléments demandés sont souvent les mêmes: une synthèse du business plan accompagné du montant recherché, en précisant la part du capital à céder (voir ici quelques points techniques). L’outil Le Teaser peut ainsi vous aider à clarifier vos idées et à avoir un support de communication percutant. Un format spécifique vous sera toutefois parfois demandé (certains préfèrent une présentation powerpoint, d’autres un executive summary …).

Un lien mort? Un ajout à suggérer? Commentez!         S’inscrire à la newsletter Google